mercredi 25 mars 2015

Birdman ou (la surprenante vertu de l'ignorance)


Dès que j'ai vu la bande annonce pour la première fois, j'ai eu très envie de voir ce film qui semblait totalement déjanté.



Riggan Thomson est un acteur mondialement connu pour avoir interprété le rôle de Birdman, un super-héros, au cours de trois films mais depuis, sa carrière est sur le déclin. Il revient alors à Broadway et y monte une pièce de théâtre en espérant avoir du succès.




J'avoue que quand on regarde la bande annonce, plutôt très fun, on ne s'attend pas forcément à ce qu'on découvre car tout ce qui est dans cette bande-annonce n'arrive que très tard dans le film (qui dure deux heures). On suit le quotidien de Riggan (Michael Keaton) avant les différentes générales et premières de sa pièce à Broadway et on se rend compte qu'il a un petit soucis car il entend une grosse voix qui lui parle et qui semble appartenir à Birdman, le super-héros qu'il a joué trois fois au cinéma. Cette voix lui dit souvent de reprendre le rôle ou d'accepter des propositions qui le rendraient plus célèbre, comme des téléréalités. On se rend vite compte que malgré tout ce qu'il se passe de bizarre, la plupart se passe dans la tête de Riggan.

Dans son entourage proche, il y a sa fille et assistante, Sam (Emma Stone) qui sort de désintox, son meilleur ami et producteur Jake (Zach Galifianakis), ses actrices principales et Mike Shiner, un acteur nouvellement engagé sur la pièce (Edward Norton).

Le film parle très bien de la vie d'acteur et surtout de la difficulté, quand on a été connu pour un rôle particulier, de faire oublier cette image pour jouer d'autres rôles, surtout au théâtre comme le fait Riggan. Surtout que Riggan ne fait pas que jouer, il a également adapté une œuvre de Raymond Carver (What we talk when we talk about love) pour sa pièce et est également metteur en scène. Il joue gros sur cette pièce s'il n'obtient pas de bonnes critiques. Et s'il y a bien un personnage qui m'a agacé, c'est celui de Tabitha Dickinson (Lindsay Duncan), critique de théâtre qui a décidé d'avance de détester la pièce pour prétexte que Riggan a été très connu à cause de Birdman. Elle lui dit même "Vous n'êtes pas un acteur, vous êtes un célébrité." Il parait que le réalisateur tenait absolument à avoir Michael Keaton dans ce rôle, justement parce qu'il avait joué Batman dans les films de 1989 et 1992.

On a aussi le personnage de Mike Shiner (Edward Norton), qui est à la fois très drôle et vraiment agaçant à cause de son attitude à l'égard de Riggan et de la pièce. Il a un avis sur tout et prend le théâtre vraiment très (trop) à cœur. On sait qu'il est un acteur de Broadway assez connu mais qu'il s'est fait renvoyer de sa dernière pièce et on comprend pourquoi tant il est énervant. Mais les premières représentations étant proches, Riggan ne peut pas se permettre de le renvoyer, surtout que son seul nom fait doubler la ventes des tickets.

Outre l'histoire et les personnages, s'il y a quelque chose qui m'a marqué dans le film, c'est la réalisation. Je comprends tout à fait que Alejandro González Iñárritu ai reçu l'oscar du meilleur réalisateur. En fait, il n'y a quasiment pas de coupure dans le film (à part peut-être une vers la fin) car dès qu'un personnage quitte une pièce, la caméra le suit jusqu'à un autre endroit et dès qu'on y arrive, on se rend compte qu'il a pu se passer quelques heures ou plus entre les deux moments. Le film se déroule en quelques jours dans un espace assez réduit (le théâtre entier et les rues avoisinantes), ce qui fait qu'il est plus facile de suivre les personnages dans leur déplacements. En fait, ce film, c'est une scène qui dure deux heures.

Je ne me suis pas trop intéressée à la musique, mais souvent, il y a de la batterie (comme dans la bande-annonce) et quand les personnages avancent dans la rue ou le théâtre, ils croisent justement un joueur de batterie.


Birdman est un excellent film qui a bien mérité son oscar du meilleur film et toutes les récompenses qu'il a pu rafler.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire